Visites à la biennale d’art contemporain

20161105_160502

Découverte guidée de la biennale d’art contemporain Incorporated (2016)

Le rendez-vous était à 11h le dimanche à La halle de la Courrouze. Nous voilà réunis entre voiZins avec des têtes connues et d’autres, nouvelles.

Allez ! On se divise, ça va commencer, les plus jeunes d’un côté et les adultes-ados de l’autre.

Iloé, notre guide « enfant », nous installe autour d’une grande table et propose à l’assemblée de minots de jouer autour des œuvres présentées cette année à La Halle de La Courrouze.

Premier jeu : par groupe de deux, Iloé nous distribue des photos d’objets et nous allons les rechercher sur une estrade créée par l’artiste Michel François. A retrouver : des pissenlits, des glaçons, une fontaine, un canapé… Il nous paraît simple ce jeu, alors notre guide, nous indique que les photos présentées ne correspondent pas exactement à ce que nous allons découvrir. Ah oui, effectivement, les pissenlits sont finalement en fleurs et accrochés en guirlande d’un côté et de l’autre de la salle, en hauteur. Le glaçon est tout noir, il est fait d’eau et d’encre, il coule tranquillement sur la scène… Il y a aussi le canapé, il est en polystyrène, nous nous y asseyons un instant et l’envie de le grattouiller nous démange : ah bon, c’est fait exprès, l’artiste a prévu comme ça, indique Iloé.

Deuxième jeu : certains d’entre nous vont se bander les yeux, les autres vont les guider dans une salle et leur expliquer tout ce que nous voyons. Puis les enfants aux yeux bandés proposeront une reconstitution de cette salle organisée par l’artiste Thomas Teurley. Il y a des palmiers morts posés à plat sur des tréteaux, les néons au plafond ne sont pas tous allumés et clignotent un peu, au milieu de la salle une machine avec un moteur et des gouttes qui coulent, ambiance atelier, laboratoire, ça fait du bruit et ça sent fort… Pas facile de replacer l’ensemble des éléments, ce que nous retenons, c’est que les gouttes qui tombent sont distillées du liquide des palmiers et font de l’électricité.

Pour finir, un temps d’observation de têtes bizarres perchées sur des bâtons mécaniques. C’est drôle les têtes marron se gonflent et s’écrasent tour à tour en se dégonflant. Notre guide nous indique que c’est fabriqué avec des collants et du silicone par l’artiste Jean-Marie Perdrix. La plus drôle, c’est la tête avec les yeux blancs qui sortent en se dégonflant. Les parents commencent à venir autour de nous, c’est déjà fini?

Exposition adoptée ! Merci à nos guides et rendez-vous dimanche 20 novembre à 15h pour une dernière visite ou dans deux ans….

Laisser un commentaire